Saint-Sauveur-de-Peyre, Vendredi 22 Février 2019, 15 °C, Ensoleillé
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Contes et Rencontres jeudi 14 février 2019
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Intervention de la fraise mardi 5 février 2019
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Visite de Me la Préfète ce jeudi 24 janvier 2019
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Lundi 4 février 2019
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Ste Barbe Aumont-Aubrac dimanche 20 janvier 2019
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Photo Primée "La France au Quotidien"
29 Octobre 2013 (photo Michel Guiral)
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Spectacle de Noël vendredi 21 décembre 2018
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
St Sauveur de Peyre
16 octobre 2010 à 7 h 38 (photo Michel Guiral)
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
En Aubrac samedi 15 septembre 2018
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
30 Mars 2007 Photo Michel Guiral
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
En Aubrac Près de Marchastel
29 septembre 2013 (Photo Michel Guiral)
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Dimanche 24 juin 2018 - 7ème édition du vide greniers
Archives

Récit d'une balade en raquettes très particulière

05/02/2019
Récit d'une balade en raquettes très particulière

« La journée appartient à ceux qui se lèvent tôt » je partage volontiers ce proverbe car je le vérifie  chaque fois que j'y arrive ce qui n'est pas toujours le cas tout au long de l'année. Lorsqu’au lever du jour vous avez effectué quelques heures de travail plus nombreuses évidement l’hiver qu'en été car il faut attendre actuellement 7 h 30 au lieu de 6 h l’été votre journée s'en trouve transformée. C’est agréable, en effet, de lire la presse quotidienne notamment le Midi Libre  avant tout le monde grâce au kiosque numérique, ce qui ne n’empêche d'ailleurs  pas d’acheter régulièrement de la presse « papier » . Ce quotidien est disponible souvent à partir de minuit et l’édition »Lozère » qui était toujours bonne dernière à être mise en ligne a finalement rattrapé son retard. Se lever tôt s’est aussi écouter la radio, lire et répondre à des mails, mettre à jour ce site Internet ou celui de mon organisation syndicale, étudier différents dossiers brefs à 7 h il y a du temps de dégager pour d’autres activités. Comme celle, hier matin, de chausser des raquettes devant la porte et de partir pour une balade de 3 h.

Le départ à eu lieu au même moment que l’extension des lampes communales à 7 h 36 précises ce lundi. Direction le Passage à niveau 107 puis ensuite tout droit jusqu’au bourg principal via un raccourci autrefois, parait-il, très utilisé. Samedi dernier j’étais arrivé péniblement et épuisé à la boulangerie. Marcher dans 50 cm de neige est évidemment plus difficile que de le faire avec ce matériel somme toute très léger et d'une grande facilité d'utilisation. Hier en tout cas la progression s’est faîte un peu plus vite et au retour pas de risques de chutes. Sur le sol gelé les raquettes adhérent bien mais elles font un peu de bruit ce qui a surpris et perturbé quelque peu le chien de Sylvain au Born. Du point de départ de cette balade au retour les arrêts ont été nombreux. Beaucoup pour réaliser les  photos ci-dessous avec ces paysages sublimes qui offrent une sensation de bonheur extraordinaire mais  aussi pour utiliser le portable, dont on ne peut plus se passer, ce qui m'a contraint à quitter une bonne dizaine de fois les gants. Le premier appel  à 8 h 05 est celui de la directrice de l’école, véronique dont c'était la fête, s’inquietant du déneigement de la cour et de l’espace Raymond Sévène. Je l’ai rassurée, la consigne avait été donnée, depuis la veille, à Julien Oustry mais je le lui ai rappelé par un coup de fil. C’est Yvette ensuite à 8 h 10 , fidèle première adjointe, qui alertée sur le même sujet vient me demander des infos. Lorsqu’après avoir traversé la rue du Château, emprunté sa Traverse et enfin la rue de la Poste je suis arrivé au Bar du Roc. C’est maintenant notre secrétaire de mairie, Nathalie, qui m’appelle à 8 h 42.  Après les élus sous le feu  d’administrés mécontents en fin de semaine c’est autour de notre personnel communal d’affronter les mêmes critiques, certes d’une minorité, mais bien réelles pa rapport au déneigement. Une cinquantaine d’appels serait déjà comptabilisé. D’ailleurs à ce sujet je vais examiner ce mardi les possibilités de donner une suite au  message particulièrement agressif d’un locataire qui plus est concerné la commune déléguée de la Chaze de Peyre  et non  celle de Saint sauveur de Peyre mais peu importe un message qui se termine par une insulte est inacceptable. J’abrège la conversation avec Nathalie et la poursuivrai un peu plus tard devant un café au Bar. Il est 8 h 45 et contrairement à la veille (dimanche) les habitués sont de retour avec Jean-Pierre de Ribennes, nos jeunes artisans d’Espères avec leurs enfants dans les bras, Jean-Baptiste, Luc visiblement content, comme beaucoup de ses camarades, qu’il n’y a pas de transport scolaire. Derrière le bar il y a aussi Martine et Francis. Avec elle je fais  le point sur le nombre de repas qui seront servis aux enfants accueillis à l'école. En effet le centre aéré nous a signalé par sa directrice, le dimanche, qu'ils ne pourraient être fournis. 9 enfants sur un effectif d'une vingtaine seront présents au restaurant. J'envoie un texto aux deux personnes qui officient à la cantine qui m'interrogent ensuite sur les modalités pour amener les enfants de l'école au restaurant.  A propos des arrêtés d'interdiction de transports scolaires je me pose de nombreuses questions et m’en suis, en aparté, ouvert auprès de Me la Préfète lors de sa venue à Peyre en Aubrac. Je lui ai fait remarquer qu’ils n’étaient pas forcément adaptés aux divers territoires. Cela vient de se vérifier les 31 janvier et 1er février où un arrêté aurait eu plus de sens que celui d’hier pour notre secteur. Je ne porte pas d'appréciation pour les autres secteurs. C’est là que réside toute la difficulté de prendre des décisions proches et adaptés au terrain. A cette heure-ci la machine à café du bar fonctionne à plein régime d’autant plus que l’habitude et de ne pas se contenter d’en avaler qu'un seul. Si beaucoup viennent aux nouvelles en achetant le quotidien Midi Libre et l’hebdo la Lozère Nouvelle le bar est une source formidable d’échanges d’infos plus ou moins importantes. Le maire délégué que je suis apprend par exemple que la postière, Isabelle, n’aura pas à dégager l’accès à la Poste car quelqu’un l’a fait. Il est tant de partir car je suis en retard. Je chausse les raquettes pour le retour avec encore de nombreux arrêts pour bavarder, prendre des photos. Pas d’exemplaires du droit à l’image en poche pour faire signer les personnes photographiées. Leur accord verbal me suffit. Dimanche sur ce même sujet du droit à l'image suite à 15 secondes insignifiantes dans une vidéo  j’ai retiré plus par tranquillité que par obligation le film en question. Je préfère concentrer mon énergie et mon temps sur d’autres actions que de me prendre la tête.  Cette vidéo retirée  vers 16 h 30  en tout cas a fait le buz sur internet car le direct live qui a duré 30 min environ a été suivi par près de 7 500 personnes confirmant la puissance des réseaux sociaux. Je renouvelle mes remerciements à tous les internautes qui ont relayé ce direct d’un moment fort du déneigement où Julien s’est repris des dizaines de fois pour parvenir à faire un demi-tour périlleux. C'est ce passage là qui visiblement a le plus impressionné et capté l'attention. Les textos, mails, témoignages directs ou indirects, les commentaires sur mon profil Facebook n’ont pas cessé tout au long de la journée d’hier. J’en profite pour remercier collectivement toutes les personnes. Vos messages constituent de précieux encouragements pour les élus que nous sommes. J'ai enfin pu regagner Aubigeyres avec une batterie du téléphon presque vide mais suffisante pour garder le contact avant la recharge. Dernière infos avec l'audience du site qui hier (lundi) a explosé comme en témoigne la courbe en fin de page avec 1042 visites. Bonne journée à toutes et à tous. Portez vous bien. Michel GUIRAL 

Départ de la balade à 7 h 36 (juste après la photo extinction des lampes communales)

La route de l'Esclache