REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL

17/10/2017
REUNION DU CONSEIL MUNICIPAL

Quinze points figuraient à l'ordre du jour de la réunion du conseil municipal de ce lundi 16 octobre 2017. La séance a commencé à 20 h 30 et s'est terminée à 23 h 30. 46 élus sur 69 en fonction étaient présents. 8 avaient donné un pouvoir. Elle avait été précédée d'une réunion du bureau de la commune nouvelle le vendredi 13 octobre et de celle des élus de notre commune déléguée le mercredi 11 octobre. 

Parmi les points qui concernent notre commune il est à noter : l'installation future de deux défibrillateurs à la salle des fêtes et au Bar Restaurant du Roc, l'installation de nouveaux ordinateurs dans le cadre de l'opération des écoles numériques, en projet l'enherbage du premier et second cimetière dans le cadre de l'opéartion Zéro phyto, les tarifs de location de la salle des fêtes pratiqués aux habitants de notre commune élargis à tous les habitants de la commune Peyre en Aubrac (récriprocité pour les autres communes délélgués).

Plainte contre Orange : Le conseil municipal a voté à l'unanimité que le Maire de Peyre en Aubrac, Alain Astruc, prenne à son compte les faits dénoncés lors du dépôt de la plainte contre Orange initiée par le Maire délégué et à déposer pour le compte de la collectivité une nouvelle plainte contre l'opérateur Orange et toutes autres personnes non désignées. 

Important : De nombreux administrés non satisfaits de décisions prises par les Maires délégués et leurs élus saisissent fréquemment le Maire de la Commune Peyre en Aubrac. Il a été décidé que prévaudront les décisions des Maires délégués et qu'elles ne seront pas remises en cause par le Maire de la Commune Nouvelle. 

Traitement de l'eau des unités de distribution de Chapchinies-Combechave et Aubigeyres-La Gare- La Sulfate. Les élus ont été informés qu'une restriction permanenct d'usage était en vigueur depuis plusieurs années. Suite aux travaux de printemps une amélioration des analyses a été constaté. Il convient d'attendre les prochaines analyses et de se donner un délai d'environ 6 mois pour envisager l'installation d'un traitement. 

Nathalie Paulhe a présenté la décision modificative numéro 2.