Saint-Sauveur-de-Peyre, Vendredi 22 Février 2019, 7 °C, Ensoleillé
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Contes et Rencontres jeudi 14 février 2019
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Intervention de la fraise mardi 5 février 2019
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Visite de Me la Préfète ce jeudi 24 janvier 2019
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Lundi 4 février 2019
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Ste Barbe Aumont-Aubrac dimanche 20 janvier 2019
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Photo Primée "La France au Quotidien"
29 Octobre 2013 (photo Michel Guiral)
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Spectacle de Noël vendredi 21 décembre 2018
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
St Sauveur de Peyre
16 octobre 2010 à 7 h 38 (photo Michel Guiral)
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
En Aubrac samedi 15 septembre 2018
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
30 Mars 2007 Photo Michel Guiral
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
En Aubrac Près de Marchastel
29 septembre 2013 (Photo Michel Guiral)
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Dimanche 24 juin 2018 - 7ème édition du vide greniers
Archives

Entretien avec Claude Gras porte-drapeau

15/01/2019
Entretien avec Claude Gras porte-drapeau

                     

Claude avait accepté d’évoquer pour nous son histoire personnelle de porte-drapeau. C’est finalement à l’occasion des voeux à son domicile de Froidviala, qu’a eu lieu cet entretien empreint de cordialité, de gentillesse et de simplicité dans une maison très accueillante. Claude Gras se distingue dans les diverses cérémonies des autres porte-drapeau par le port du large béret spécifique aux chasseurs alpins. C’est en effet le 2 juillet 1962 qu’il fut affecté au 6ème Bataillon des chasseurs alpins de Grenoble pendant 4 mois avant de partir pour l’Algérie le 10 novembre 1962. Si aujourd’hui il conserve plutôt un bonne mémoire de cette période et en garde de nombreux souvenirs. Ceux par exemples d’entraînements en pleine nuit, avec la pluie et la boussole comme seul moyen de guidage sans doute moins précise que nos GPS actuels. Il se souvient aussi du 5 octobre 1962 avec une prise d’armes Place Jaude à Clermont-Ferrand, sous la pluie encore, avec la venue du Général De Gaulle à 15 h 30. Il était attendu depuis 9 h du matin. Claude Gras a fêté ses vingt ans à Alger. Il se souvient encore de l’embarquement à Marseille avec une mer calme et le sentiment pour ce lozérien de partir à l’aventure. La possession de tous ses permis civils lui permis d’être affecté à la conduite de camions. Mais ayant peu conduit le premier déplacement fut plutôt laborieux. Il se termina fort heureusement par un seul rétroviseur cassé. Les gardes de nuit étaient également très éprouvantes avec peu d’heures de sommeil et comme tout nouveau les contrôles étaient fréquents comme faire son lit au carré ou des paquetages à refaire sept ou huit fois. De retour dans sa lozère natale à la fin 1963 la vie civile repris vite le dessus. Pendant quelques années il participa à la campagne du sucre comme celles des vendanges de nos jours. C’est à Cambrai qu’il partit travailler dans une usine de sucre de betteraves. Une dizaine d’années plus tard il se maria et fonda sa famille à Froidviala comme agriculteur non sans difficultés mais Claude a une forte personnalité au caractère bien trempé. Il ne s’en laisse pas compter et reste à 76 ans très au fait de l’actualité qu’il commente avec faconde et passion. C’est en 2005 que le Président de la Fnaca du canton de St Amans, Célestin Trauchessec,  lui obtint la carte du combattant  délivrée par la nation après l’envoi de son livret militaire. Il faudra attendre 2018 pour que cette décision exceptionnelle soit enfin généralisée à tous ceux présents en Algérie entre le 2 juillet 1962 et le 1er Juillet 1964. Cette carte du combattant permet de bénéficier d’une petite retraite qui n’était évidemment pas la première motivation de cette revendication formulée pendant des années. Il nous a précisés n’avoir bénéficié d’aucun favoritisme.  Depuis il porte avec honneur et respect le drapeau tricolore dans tous les cérémonies mais aussi lors d’obsèques. Il ne manque jamais la journée du 11 août qui se déroule à Fabrèges puis à Serverette et se termine par un dépôt de gerbe sur la tombe de Léon Marquès dans notre cimetière communal. C’est au cours du repas qui suit partagé chez Martine qu’est néee notre relation amicale. Merci à Claude pour cet entretien au milieu de siens avec son épouse, ses enfants et petits-enfants qui peuvent fiers de leur grand père. Michel GUIRAL