Saint-Sauveur-de-Peyre, Mardi 01 Décembre 2020, -1 °C, Ensoleillé
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Une équipe à notre service
Jeudi 19 Novembre 2020
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Commémoration de l'Armistice de 1918 ce mercredi 11 Novembre 2020 à 11 h 30
A venir sur le site la vidéo de cette cérémonie
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Mercredi 4 Novembre 2020
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Depuis le PN107 dimanche 1er Novembre 2020 à 7 h 10
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Samedi 31 Octobre à 7 h 50
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Photo Primée "La France au Quotidien"
29 Octobre 2013 (photo Michel Guiral)
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Remise des dictionnaires vendredi 3 Juillet 2020
Libeté, Egalité, Fraternité et Laïcité
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
St Sauveur de Peyre
16 octobre 2010 à 7 h 38 (photo Michel Guiral)
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Dimanche 3 Novembre 2019 à 12 h 10
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
En Aubrac Près de Marchastel
29 septembre 2013 (Photo Michel Guiral)
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Intervention de la fraise mardi 5 février 2019
Saint Sauveur de Peyre - Commune déléguée de Peyre en Aubrac
Lundi 4 février 2019
Archives

Les naufragés du travail

06/11/2020
Les naufragés du travail

Lorsque l’heure de midi approche nous sommes nombreux à venir chez Martine récupérer le plat du jour qui est affiché sur ce site avant 7 h 30 tous les matins. A peine le confinement annoncé le 15 mars pour une application le 17 mars Martine, à l’instar de nombreux autres restaurateurs, s’est tout de suite adaptée. Ces plats du jour à emporter lui permettent de maintenir un peu d’activité dans ces temps difficiles que nous impose cette épidémie. C’est aussi rendre service à sa fidèle clientèle parmi laquelle figure tous les jours des salariés qui travaillent sur le secteur.

Déjà au mois de mars quelques entreprises avaient continué leur activité. En descendant de chez martine j’avais salué et échangé avec des salariés qui prenaient leur repas assis sur le banc devant la Poste. Cependant je compris vite qu’ils auraient préférer déjeuner dans une salle. D’autres jours j’ai vu des salariés prendre leur repas dans l’abri bus ou dans leur véhicule. Pour ce deuxième confinement le nombre de salariés en activité est plus conséquent puisque le gouvernement a considéré que l’économie devait être soutenue. Cela peut s’entendre. Un nouveau confinement complet accentuerait la chute, déjà importante, du PIB (Produit Intérieur Brut). Les conséquences sociales sont et seront énormes. Des catégories de personnel dont l’activité est essentielle, les routiers, ont dû menacer de cesser leur travail pour que l’on ouvre des aires de services sur l’autoroute. Des discussions ont encore eu lieu cette semaine sur le sujet. Face aux menaces de blocage le gouvernement a forcément trouvé des solutions.

Dans les ministères on est visiblement plus doué pour rédiger des longues circulaires incompréhensibles et difficile à appliquer sur le terrain que de trouver avec les acteurs de terrain des solutions concrètes et palpables. A cet égard c’est sans doute dans l’Éducation Nationale que les records sont battus.

Nos communes situées le long de l’autoroute savent que leurs salles communales peuvent être réquisitionnées en cas d’intempéries. Ici c’est plutôt les épisodes neigeux que l’on craint que les épisodes cévenols. Nous pouvons être amenés à secourir les naufragés de la route et le ferons sans problème si la situation se présente. En revanche pour les naufragés du travail, les salariés, pas de solution. Ces salariés et leur employeurs ont du mal à se faire entendre des pouvoirs publics. Nous leur apportons notre soutien et proposons quelques solutions. Un dialogue des pouvoirs publics avec les représentants des restaurateurs pourrait s'instaurer et prendre en compte la présence des salariés en activité pour qu'ils puissent tout de même se restaurer dans de bonnes conditions. Si ce n'est pas possible les communes disposent de salles des fêtes qui pourraient être mises à disposition pour les accueillir. Chauffées, dotées de sanitaires elles pourraient facilement être ouvertes pour cette pause importante du repas de midi. Le président de la CCI a eu raison cette semaine de pousser un coup de gueule sur le fait que le restaurant administratif fasse exception à la règle et soit ouvert pour les fonctionnaires. Il faut s’appuyer sur cela pour que les salariés aient les mêmes conditions.  Les élus de terain savent toujours répondre présent lorsqu'ils sont sollicités et participent à trouver des solutions dans l'intérêt de tous. 

TOUJOURS PLUS DE SIGNATURES POUR LE RETOUR DU TRAIN DE NUIT 

641 signatures ce vendredi matin. Toujours la possibilité de voter si vous ne l'avez pas encore fait. 

Je suis d'accord et je signe la pétition

Les chantiers en cours : 

La journée a commencé par celui de la Maison des Associations et de la Chasse avec la photo de la grue déployée. L'opportunité aussi du cliché à 7 h 40 de notre église illuminée par les premiers rayons du soleil. En fin de journée déplacement à la Randèche puis Crueize pour suivre les travaux de réparation de la chaussée connus par les élus sous le nom de PATA*. Habituellement ces réparations de la chaussée interviennent après l'hiver. En raison du confinement du printemps ils avaient été différés cet été mais un nouveau contre temps est intervenu. C'est donc dans cette période que le PATA est réalisé. 

*Le « point-à-temps » est une technique qui répare la chaussée ponctuellement, là où elle a subi des dégradations comme des nids de poule. Lors d’une réparation de chaussée au « point-à-temps », l’ouvrier répand une émulsion de bitume et de gravillons. Cette technique permet un entretien de la surface de la chaussée en redonnant de l’étanchéité. Les réparations ne sont effectuées que sur des surfaces ponctuelles. Le rejet de gravillons en excédent est alors inévitable. La présence de gravillons nécessite une signalisation temporaire adaptée.

Salle des fêtes